L’agriculture urbaine, une richesse à cultiver


Sur un territoire appelé à se développer et à s’urbaniser, la préservation des espaces ouverts à vocation agricole nécessite d’inventer une agriculture urbaine orientée vers des circuits courts à destination des habitants du territoire.

 
Réconcilier la ville et les espaces agricoles

Agriculture urbaine à Gouvernes © Epamarne / Photo : Emile LUIDER

Le développement de l’agriculture urbaine à Marne-la-Vallée vise à maintenir dans la ville des espaces ouverts et entretenus, éléments constitutifs de la trame verte et bleue qui permettent d’aérer le paysage urbain et d’offrir un cadre de vie de qualité.

Lieux de production, ces franges agricoles offrent une plus grande interaction avec la ville et une plus-value à l’agriculteur comme aux habitants ; elles deviennent aussi des lieux de loisirs accueillant de multiples usages.

Les enjeux de l’agriculture urbaine 

Pour les établissements publics d’aménagement, le développement d’une agriculture urbaine de circuits courts doit s’articuler autour de cinq axes : la sécurité alimentaire à l’échelle de la région Île-de-France, la création d’emplois, l’éducation et la santé, la recherche et le développement ainsi que les loisirs.

En 2009, les EPA ont piloté, en partenariat avec la Sorbonne, une étude visant à identifier les échanges entre la ville et l’agriculture au sein de son territoire afin de mettre en évidence les espaces propices à la réalisation de projets agri-urbains.
Cette étude avait aussi pour objectif d’identifier la nature des projets (agriculture nourricière, indépendante ou innovante) qui permettraient de développer une agriculture urbaine pérenne et viable économiquement, au même titre que les autres secteurs d’activités qui s’installent sur le territoire. À l’issue de cette étude, les établissements publics envisagent, dans le cadre de leurs réflexions, de privilégier le développement économique de filières autour des activités suivantes : l’alimentation (maraîchage, horticulture), les bioénergies (filière bois) et les agro-matériaux (chanvre, miscanthus…).